Article publié le 26 Janvier 2021 18:00:00
par Sophie CHAUDEY

Les besoins en transport des associations

Comme beaucoup de structures de protection animale, l’École du chat libre de Bordeaux manque de bénévoles véhiculés capables d’assurer des missions essentielles de transport d’animaux.

« L’idée serait de pouvoir se relayer en développant un petit réseau de personnes véhiculées, pour simplifier nos missions et être plus efficaces. Sinon, tout repose sur un ou deux volontaires qui se retrouvent à faire des kilomètres. » Émilie, bénévole à l’École du chat libre de Bordeaux (33) décrit une situation que beaucoup d’associations de protection animale connaissent, et qui touche à des besoins essentiels en transport.

Mathilde Leblond, autre bénévole de l’École du chat libre de Bordeaux, investie sur le terrain, détaille : « il y a beaucoup de cas de figures différents mais les tâches principales consistent à être présent au moment où on attrape les chats errants, puis les emmener chez un vétérinaire pour les faire stériliser et enfin les remettre sur leur site d’origine. »

« Nous avons besoin de bénévoles disponibles pendant le nourrissage des chats »

Ainsi, une des premières missions demandées à un bénévole disposant de son propre moyen de transport, est d’apporter sur place le matériel nécessaire à une opération de trappage. « Pour transporter des cages, une voiture est indispensable souligne Mathilde Leblond. Ce n’est vraiment pas commode de se déplacer avec ce matériel dans les transports en commun. »

L’École du chat libre de Bordeaux travaille avec une dizaine de communes pour mener des campagnes de stérilisation de chats errants, et intervient également sur des domaines privés à la demande de propriétaires. « Nous avons besoin de bénévoles motivés, disponibles le matin ou le soir, pendant le nourrissage des chats. C’est à ce moment-là que nous avons le plus de chance de les attraper pour une stérilisation » précise Mathilde Leblond.

Opération de trappage

Une fois les chats capturés, il est essentiel de les mener au plus tôt chez un vétérinaire. Puis, après l’examen et la stérilisation des animaux, une personne véhiculée est de nouveau requise pour replacer les félins sur leur site d’origine s’il s’agit de chats libres.

« Une capture on sait quand ça commence, on ne sait jamais quand ça va se terminer »

« Dans l’idéal nous cherchons des bénévoles capables de mener une opération de A à Z » explique Mathilde Leblond, qui sait cependant que « peu de personnes ont cette possibilité. Nous recherchons donc en priorité des gens disponibles pour transporter les animaux chez le vétérinaire. »

Avant de s’engager, il faut toutefois bien avoir conscience que ce genre de mission demande une grande disponibilité. « Une capture on sait quand ça commence, on ne sait jamais quand ça va se terminer, résume ainsi la bénévole de l’École du chat libre de Bordeaux. Si ça dure, il faudrait qu’un bénévole véhiculé ait la possibilité de garder, pendant la nuit, les chats capturés, pour les emmener chez le vétérinaire le lendemain. »

En ce qui concerne la mobilité géographique, l’École du chat libre recherche des personnes pouvant assurer des déplacements sur la commune de Bordeaux et ses environs. « Nous recevons des appels de toute la Gironde et des départements limitrophes » précise ainsi l’association.

 

Pour contacter l'École du chat libre de Bordeaux, cliquez ici